Exposition Playmobil au musée de l'armée des in...

Exposition Playmobil au musée de l'armée des invalides -le Parisien-

Organiser un événement      J.Ph.Broussin     Galerie    Richard Unglik     Revue de presse   Formulaire de contact

 

exposition-playmobil-musee-armee-des-invalides-le-parisien-2

exposition-playmobil-musee-armee-des-invalides-le-parisien

Napoléon à la conquête de l'Égypte, François Ier dînant avec sa cour, un village français en plein exode en 40 : avec des Playmobil, on peut tout faire. Y compris retracer les grands événements de l'Histoire de France, du Moyen-Âge à la Seconde Guerre mondiale. Pour les fêtes, le Musée de l'armée, aux Invalides (Paris, VIIe), invite à cette découverte grâce à plus de 3000 personnages, mis en scène dans onze spectaculaires tableaux, réunis pour l'exposition « En avant l'Histoire ».

Dans la superbe salle Turenne, ancien réfectoire habituellement fermé au public, les reconstitutions s'étalent sur de longs tréteaux, sous les peintures du XVIIe siècle illustrant les campagnes militaires de Louis XIV. Chacun de ces « dioramas », c'est le nom savant de ces mises en scène, regroupe des dizaines de personnages, du mousquetaire au soldat de l'empire, mais aussi tous les éléments de décors ou d'architecture de l'époque. Pour évoquer François Ier et Léonard de Vinci, le célèbre escalier monumental du château de Blois a été recréé. Pour la retraite de Russie, des blocs de glace flottent sur la Neva. Plus spectaculaire encore : la scène retraçant la construction de l'hôtel des Invalides et sa maquette, spécialement conçue pour l'occasion, de 2,50 m de haut !

Un tour de force difficile à réaliser avec les boîtes que l'on trouve dans le commerce? Effectivement. Derrière l'exposition, il y a tout le travail de Jean-Philippe Broussin, qui préfère se définir comme « artiste » plutôt que collectionneur… même s'il avoue avoir chez lui 350 m2 d'entrepôt plein à ras bord de pièces Playmobil. « J'ai été peintre, puis graphiste. J'ai eu l'idée, sur le tard, de faire de la création avec ces personnages. Depuis, j'organise des expositions partout en France, avec presque toujours de nouvelles créations. C'est le Musée de l'Armée qui a choisi les tableaux qu'il voulait voir représenté. Alors oui, je considère que je ne suis pas un simple étalagiste… »

« Une façon d'inviter les enfants à découvrir l'Histoire »

Pour lui, les petits personnages de la marque allemande, avec laquelle il n'est lié que par une charte de principes, restent d'abord un formidable terrain de jeu. « Avec les pièces d'origine, on peut déjà faire beaucoup de choses. Mais quand ça n'existe pas, je transforme, je repeins, je sculpte, je customise… Après, je crois qu'il ne faut pas aller trop loin. Il faut que cela reste tout de même du Playmobil. Que les gamins puissent se dire : Je peux faire ça aussi dans ma chambre. Moi j'ai juste envie qu'ils se souviennent longtemps de ce qu'ils ont vu ici. Les parents aussi d'ailleurs : ces jouets qui existent depuis le milieu des années 1970 sont devenus intergénérationnels. »

De là à dire que l'exposition « Playmobil, en avant l'Histoire » est une bonne façon de réviser ses leçons, il y a un pas. « Honnêtement, je vais plutôt puiser mon inspiration dans l'inconscient collectif que chez les historiens, avoue Jean-Philippe Broussin. Mais c'est quand même une façon d'inviter les enfants à découvrir l'Histoire et le patrimoine ». Une ambition partagée par le Musée de l'Armée qui espère bien, notamment à travers des livrets jeux, les inciter à découvrir toutes ses collections. Alors oui, peut-être qu'on peut tout faire avec des Playmobil, y compris susciter quelques vocations d'historien…

« Playmobil aux Invalides, en avant l'Histoire », tous les jours (sauf 25 décembre et 1er janvier), de 10 heures à 17h30, jusqu'au 5 janvier. Tarifs : 8 € (gratuit pour les moins de 8 ans).

Organiser un événement      J.Ph.Broussin     Galerie    Richard Unglik     Revue de presse   Formulaire de contact