Exposition Playmobil château d'Ancy le Franc 20...

Exposition Playmobil château d'Ancy le Franc 2018 -Yonne républicaine

Organiser un événement      J.Ph.Broussin     Galerie    Richard Unglik     Revue de presse   Formulaire de contact

 

exposition-playmobil-broussin-ancy-le-franc-yonne_republicaine-2018-2

exposition-playmobil-broussin-ancy-le-franc-yonne_republicaine-2018

Il possède l’une des plus grosses collections de Playmobil de France et a transformé sa passion en métier. Rencontre avec Jean-Philippe Broussin.

 

Des milliers de Playmobil occupent l'espace depuis samedi au palais renaissance d'Ancy-le-Franc. La mythique figurine, avec son éternel sourire, sa coupe de cheveux culte et tout son petit monde, clôturera la saison 2018 du château. L'exposition se tient jusqu'au 11 novembre sur des dizaines de mètres carrés au premier étage du château, entre la salle des gardes et la salle à manger.

« On vient pour les enfants, et ce sont les parents qui sont accrochés »

La vie au Moyen Âge, la campagne napoléonienne en Égypte, Halloween ou la Reine des glaces se retrouvent au cœur de cinq siècles d'histoire. Un spectacle étonnant.

Derrière ces dioramas et ces scènes impressionnantes, se cache Jean-Philippe Broussin. Un collectionneur venu de Taverny (Val-d'Oise) qui possède sûrement l'une, voire la plus grosse collection de Playmobil de France. Il en a même fait son métier depuis huit ans ! « J'essaie de faire reconnaître le métier de dioramiste par l'Onisep (*), indique-t-il en rigolant. Ce n'est pas gagné. »

En attendant, il tourne dans toute la France et installe ses figurines dans des lieux historiques, des supermarchés, ou encore des salons. Il est vrai que le petit bonhomme aux bras et aux jambes raides plaît. « Il donne la pèche, constate Jean-Philippe Broussin. Et surtout, on vient pour les enfants et ce sont les parents qui sont accrochés et qui restent. »

Les Playmobil ont traversé les décennies. Lancés en 1974, ils touchent plusieurs générations et ne se démodent pas. « Le sourire est resté, mais ils ont évolué au niveau de la coupe de cheveux », assure le spécialiste.

Les décors ont aussi changé. D'ailleurs, ce qui plaît au collectionneur, au-delà du côté sympathique et des souvenirs d'enfance, c'est le côté créatif que permettent la figurine et ses accessoires. « On peut adapter, changer, créer complètement un décor ». Ses dioramas en témoignent, qui ne sont jamais identiques. « Mon but n'est pas de faire de la reconstitution. Je pars sur un thème, je m'adapte et je crée. »

Très joueur, Jean-Philippe Broussin s'amuse à mettre toujours un intrus au milieu de ses scènes. « C'est la force des Playmobil de pouvoir inventer en permanence. Et avoir carte blanche dans un château comme celui-là, c'est passionnant. »

(*) Office national d'information sur les enseignements et les professions.

 

Des milliers de Playmobil occupent l'espace depuis samedi au palais renaissance d'Ancy-le-Franc. La mythique figurine, avec son éternel sourire, sa coupe de cheveux culte et tout son petit monde, clôturera la saison 2018 du château. L'exposition se tient jusqu'au 11 novembre sur des dizaines de mètres carrés au premier étage du château, entre la salle des gardes et la salle à manger.

« On vient pour les enfants, et ce sont les parents qui sont accrochés »

La vie au Moyen Âge, la campagne napoléonienne en Égypte, Halloween ou la Reine des glaces se retrouvent au cœur de cinq siècles d'histoire. Un spectacle étonnant.

Derrière ces dioramas et ces scènes impressionnantes, se cache Jean-Philippe Broussin. Un collectionneur venu de Taverny (Val-d'Oise) qui possède sûrement l'une, voire la plus grosse collection de Playmobil de France. Il en a même fait son métier depuis huit ans ! « J'essaie de faire reconnaître le métier de dioramiste par l'Onisep (*), indique-t-il en rigolant. Ce n'est pas gagné. »

En attendant, il tourne dans toute la France et installe ses figurines dans des lieux historiques, des supermarchés, ou encore des salons. Il est vrai que le petit bonhomme aux bras et aux jambes raides plaît. « Il donne la pèche, constate Jean-Philippe Broussin. Et surtout, on vient pour les enfants et ce sont les parents qui sont accrochés et qui restent. »

Les Playmobil ont traversé les décennies. Lancés en 1974, ils touchent plusieurs générations et ne se démodent pas. « Le sourire est resté, mais ils ont évolué au niveau de la coupe de cheveux », assure le spécialiste.

Les décors ont aussi changé. D'ailleurs, ce qui plaît au collectionneur, au-delà du côté sympathique et des souvenirs d'enfance, c'est le côté créatif que permettent la figurine et ses accessoires. « On peut adapter, changer, créer complètement un décor ». Ses dioramas en témoignent, qui ne sont jamais identiques. « Mon but n'est pas de faire de la reconstitution. Je pars sur un thème, je m'adapte et je crée. »

Très joueur, Jean-Philippe Broussin s'amuse à mettre toujours un intrus au milieu de ses scènes. « C'est la force des Playmobil de pouvoir inventer en permanence. Et avoir carte blanche dans un château comme celui-là, c'est passionnant. »

(*) Office national d'information sur les enseignements et les professions.

Organiser un événement      J.Ph.Broussin     Galerie    Richard Unglik     Revue de presse   Formulaire de contact